Connexion
Shoujo☆Kageki Revue Starlight Shoujo☆Kageki Revue Starlight mini

Shoujo☆Kageki Revue Starlight

Date: 12/07/2018

Statut: Terminée

Saison: Été 2018

Type: Anime

Nombre d'episode : 12

Auteur:

Studio: Kinema Citrus

Pays: Japon

Titre alternatif: 少女☆歌劇 レヴュー・スタァライト
6.81 (36 vote)


Karen et Hikari ont fait la promesse lorsqu'elles étaient petites de se tenir sur la scène Starlight que tout le monde admire... Mais elles furent malheureusement séparées.
Les années passèrent, les jeunes filles ont maintenant 16 ans et malgré leur distance, toutes les deux n'ont pas oublié leur promesse.
Un jour, Karen apprend le transfert de son amie d'enfance.
C'est maintenant que commence l'aventure de nos deux adolescentes qui ont pour but de se tenir sur la scène Starlight.

Recommandation

mini Hibike! Euphonium mini Little Witch Academia mini Granbelm mini Shoujo Kakumei Utena mini Princess Tutu mini Mahou Shoujo Madoka★Magica mini Shoujo☆Conte All Starlight mini Star Driver: Kagayaki no Takuto

De

Note: 9

0 personnes ont trouvé cette critique utile

Un anime Bananice, c'est le plus que je pourrais en dire en le moins de mot. Mais vue que je suis une pipelette je vais m'étaler sur le superbe de ce bijou scintillant qu'est Shoujo Kageki Revue Starlight. Tout d'abord, savez vous ce qu'est le romantisme? Bien je vais quand même sortir la définition.

"Le romantisme [...] caractérise par une volonté de l'artiste [...] d'exprimer ses états d'âme : il est ainsi une réaction du sentiment contre la raison, exaltant le mystère et le fantastique et cherchant l'évasion et le ravissement dans le rêve, le morbide et le sublime, l'exotisme et le passé, l'idéal ou le cauchemar d'une sensibilité passionnée et mélancolique."

Je trouve que cette description sied parfaitement à ce qu'est la japanimation dans son essence. Pourquoi tant de dérision sur Internet (très fortement depuis les Etats-Unis soit dit en passant) sur le "japoooon"? Ces kilomètres de remarques sur le fait qu'un robot géant c'est quand même le véhicule le plus inutilement complexe du monde, que se mettre en jupe pour se battre c'est n'importe quoi, qu'il faut prendre de la drogue pour faire de la tension autour d'un match de sport, que les cheveux rouge vert bleue violet en pointe ou en cascade ça ressemble à rien? Ou, pour citer un grand homme, caricaturer la japanimation avec "des lolis de 12ans à couettes bleues qui chevauchent des velociraptores ninja sur de la j-pop".
Précisément parce que la japanimation est fondamentalement romantique. Comment en arrive ton à une combinaison aussi improbable qu'une gamine en robe avec un bâton magique à pompe qui défonce une bimbo ailée dans un cataclysme collatérale? Mais parce que chacun de ces éléments est l'expression d'une émotion libre de toute contrainte rationnel. Un enfant, c'est l'innocence et l'apprentissage. La bagarre, c'est le drame et l'aventure. En le disant ainsi, on voit naturellement l'alignement de ces concepts, de la logique à grandir, découvrir le monde via des moments intense comme devoir lutter. C'est là force du romantisme à la sauce nippone. Aussi absurde et invraisemblable qu'est le tout, il est composé d'émotions et de concepts qui s'encastrent aisément les uns dans les autres. Libres du lissage imposé par la demande de rationnel, tous ses éléments transmettent de façon brute leur sens, laissant à l'auteur le soin de les polir.

Bien, pour une fois que je fais du contexte, enchaînons sur la lancé. D'autant que Starlgiht fait une référence évidente à un autre anime, ce qui suffit à certains pour faire des parallèles abusifs.

Oui, Shoujo Kageki Revue Starlight ressemble à Shoujo Kakumei Utena. Ressemblance facile à expliquer quand on sait que Furukawa Tomohiro (réalisateur de Starlight) a travaillé avec Ikuhara Kunihiko(réalisateur d'Utena) sur Mawaru Penguindrum. Comme dans Mawaru, Starlgiht s'affranchit par moment des regles de l'espace-temps pour proposer des sequences dont l'on ne sais plus trop dire où et quand elles arrives. Comme dans Utena, Starlight propose des combats en tenue versaillo-nipon (qui est à la mode versaillaise ce que le lolita ghotique est au style victorien).
Sauf que ce n'est pas pour ça qu'on doit confondre Starlight et Utena. Parce que des références, y'en a d'autres, comme les ressemblances avec Senki Zesshou Symphogear.
Et celle-ci a un peu plus de poids vu que Furukawa était directeur d'animation sur Senki Zesshou Symphogear, alors qu'il n'était que storyboarder sur Mawaru Penguindrum. Et là on voit que, autant Utena il y a une seule et unique référence directe (l'autre est dans l'opening, et la scène de transition n'est pas "directe"). Autant chaque scène de combats se fait avec une chanson interpréter directement par un personnage, chose qui fait le cœur de Symphogear.

Et ça ne s'arrête pas là. L'écriture est beaucoup plus proche de celle que Symphogear que d'Utena et Mawaru.
Parce que Utena n'est pas romantique. Quelle coïncidence, j'en parlais justement. Le romantisme c'est donc une exaltation des sentiments sans contraintes rationnels. Or le final d'Utena, et la moitié des péripéties, sont justement des rationalisation. Il rationalise les relations entre jeunes, pour distinguer ce qui est bon et mauvais. Il rationalise les actes d'Utena, pour distinguer entre mâture et immature. Il rationalise sa dimension fantastique pour l'évincer dans l'épilogue. Utena et Mawaru sont des œuvres mesurées et moralisatrices. Alors ça n'en fait pas de mauvais anime, mais force est de constater que ces animes sanctionnent les extravagances de leurs personnages et les pousses à devenir des gens normaux. Ce qui n'est absolument pas le concept de Symphogear et Starlight. Eux justement en font toujours plus. Si le drame s'eloigne c'est pour du rire, si le rire cesse c'est pour de la tension, si la tension cesse c'est pour du drame grandiloquent. Symphogear et Starlight sont toujours dans l'effervescence.
Tant que j'y suis, vous savez quelle autre référence fait Starlight et qu'il partage avec Symphogear? Black Rock Shooter.
Et là niveau ressemble il y a de quoi faire. Les personnages ont des objectifs normaux, montés en épingle par les péripéties. Les péripéties se font au travers de combats, dans un lieu couper du monde réel.
Cet endroit n'obéit pas aux mêmes règles logiques et ce d'instigue par un rendu visuel différent moins flagrant, mais dans Starlight on voit nettement une plus grande profondeur des couleurs lors des scènes de bagarre).

La diégèse intègre au premier degré le côté fantastique, mais l'histoire peut très bien se voir amputer tout le fantastique sans changer. La série a comme fil directeur une histoire à laquelle sont attachés les protagonistes et qui fait écho au scénario. Et ce lien fait, on remarque que Starlight raconte énormément de chose via des indices laissés dans l'image, ce que fait excellemment BRS.

Mais tout ça, ça sert juste à ne pas se tromper sur ce que propose Starlight. Car à par comprendre que ça n'est pas comparable à Utena, ça ne dis rien sur la série. Pour ça que je ne me prête jamais à une contextualisation. Ça sert à rien de faire l'historique d'un projet pour l'apprécier, il suffit de laisser l'anime dérouler ses propositions et de les examiner selon leur logique interne.

Et du coup, que propose Shoujo Kageki Revue Starlight. Tout d'abord, une élégance distinguée. L'anime se repose en premier lieu sur une composition géométrique de ses plans, mais aussi sur beaucoup de jeu avec la scène, il utilise directement l'imagerie du théâtre, plutôt que de juste le prendre comme prétexte.

Ce qui a trois qualités. La première est d'être très agréable visuellement, la deuxième est de ne jamais mettre en pose la narration. Continuellement, l'image raconte quelque chose. Ce qui renforce l'immersion. Vu qu'il n'y a pas d'image "inutile", on est constamment dans l'histoire. Et la troisième, c'est d'être beaucoup plus intense émotionnellement. Car la charge émotionnelle n'est pas dans le dialogue, le contexte de l'image ou le contexte du visionnage. Le plan se suffit en lui-même. C'est déjà une bonne chose, mais vue que ces plans s'enchaînent, ça forme un flot continu et bouleversant d'image fortes.
S'ajoute à cela, une vitalité remarquable. L'animation ne s'arrête jamais, que ça soit pour les moments marquants ou des moments banales.
Et je me répète d'une critique à l'autre, mais ce continuum de mouvement est une force.

Enfin j'aimerais aborder l'écriture qui est géniale. Je l'ai dit, le scénario se repose sur l'écho entre lui-même et l'histoire de la pièce jouée par les filles. Sauf que la série fait bien plus qu'une mise en abîme, la pièce Starlight et l'anime Starlight son intimement confondu. Par exemple, dans la pièce: Claire à un accident et devient amnésique. Flora son amie, l'emmène alors à la recherche d'étoile à souhait pour la guérir.
Dans la série: Hikari perd sa passion pour les arts de la scène après sa défaite aux auditions d'Angleterre. Elle rentre pour les auditions du Japon. Karen son amie, s'incruste alors dans cette audition pour lui rendre son éclat.
Mais ça ne s'arrête pas là. Là j'ai pris un exemple, mais d'autre séquence peuvent être mis ainsi en parallèle avec la pièce. Les deux dernier épisodes dissolvent complètement la distinction entre la pièce et la série. Et le pinacle de ça, est le vertige de l'infinie. Que ça soit Hikari ou Nana, elles cherchent l'éternité. Ce faisant, l'anime lui-même prend une dimension illimitée, où l'histoire n'a jamais de conclusion, ou la pièce se répète éternellement. D'où l'apothéose à la fin de la série quand enfin, arrive une conclusion, enfin la fin de l'infinie. Il y a quelque chose de profondément déroutant à cette répétitivité, parce que l'anime tend à rendre imaginable l'infinie. Chose tellement insensée que le cerveau surchauffe rapidement.

Enfin bon, j'ai l'impression de n'avoir encore rien dit. Je n'ai pas détaillé les ficelles derrière le développement des personnages. J'ais à peine mentionné la dramaturgie. Je n'ai pas explicité la technique du réal. Mais ça n'est pas ce qui m'importe ici. Ce qui compte, c'est qu'un bon anime se vit et que Shoujo Kageki Revue Starlight se vit. Bananice.

Série Aléatoire

Tonikaku Kawaii

Tonikaku Kawaii

TONIKAWA: Over the Moon For You: / Generally Cute, Fly Me to the Moon / トニカクカワイイ

Basé sur le manga Tonikaku Kawaii de Hata Kenjiro.
Le prénom de Yuzaki Nasa, un collégien studieux, s'écrit avec le kanji de «Nuit étoilée», mais il se prononce «Nasa». Pour ne plus que l'on se moque...

Actualités

Un nouveau visuel pour la saison 4 de DanMachi

Fenrir 10 💬

Le projet Shinobi no Ittoki annoncé pour octobre 2022 !

Fenrir 8 💬

Un autre visuel pour la saison 2 de Rent-a-Girlfriend

Fenrir 7 💬

Date de sortie One Piece film Red

Serkan-_- 6 💬

L'anime Hoshi no Samidare, en Teaser

Dianso 4 💬

Date, visuel et teaser pour la nouvelle adaptation de Urusei Yatsura

Fenrir 17 💬

Le film Suzume no Tojimari au cinéma en France en 2023

Fenrir 8 💬

Un premier teaser pour l'anime Mononogatari

Fenrir 9 💬

Le manga Saikin Yatotta Maid ga Ayashii adapté en anime

Fenrir 11 💬

Crunchyroll diffusera l'anime Chainsaw Man en 2022

Fenrir 24 💬

La saison 2 de The Duke of Death and His Maid annoncée pour 2023

Fenrir 8 💬

La saison 3 de Fire Force annoncée

Fenrir 12 💬

Un nouveau visuel pour la saison 2 de Tate no Yuusha

Fenrir 11 💬

Le film Kimi wo Aishita Hitori no Boku e, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 1 💬

Le film Boku ga Aishita Subete no Kimi e, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 3 💬

Le film Karakai Jouzu no Takagi-san, en Trailer

TheAnimeOtaku 0 💬

Un nouveau visuel pour la saison 2 de Kanojo, Okarishimasu

Fenrir 11 💬

Le manga Watashi no Yuri wa Oshigoto desu! adapté en anime

Fenrir 6 💬

Le manga Kubo-san wa Mobu wo Yurusanai adapté en anime

Fenrir 9 💬

L'anime Blue Lock daté

Fenrir 12 💬

Un premier teaser pour la troisième saison de Mob Psycho 100

Fenrir 17 💬

L'anime Four Knights of the Apocalypse en teaser visuel

Fenrir 7 💬

Un visuel et une pv pour Kinsou no Vermeil

Fenrir 18 💬

2 épisodes inédits My Hero Academia prévus pour cet Été 2022

Fenrir 12 💬

Le manga Four Knights of the Apocalypse adapté en anime

Fenrir 16 💬

L'anime Umayuru, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 4 💬

L’anime KJ File, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 4 💬

L’anime MF Ghost, en Teaser 2

TheAnimeOtaku 2 💬

Le roman Level 1 Dakedo Unique Skill adapté en anime

Fenrir 7 💬

Une seconde pv pour la saison 2 de Made in Abyss

Fenrir 10 💬
plus d'actualité
Tchat RP Conseil d'anime tous les tchat

Top Ajouteurs

  • 162015Anime
  • 113284MxMxM
  • 101821Kurumi
  • 67990nicksam274
  • 63682ShiryuTetsu
  • 53884Fenrir
  • 30574hickoman
  • 25690MrNeko
  • 19609darking42
  • 16690Xemn