Connexion

Phaedra - Ignominie 13 đź’¬

En fait j'm'ennuie, tout le monde dort et j'ai pas envie d'étudier. Skyrim doit se réinstaller et j'ai rien à faire donc j'écris pour m'occuper :C
(en plus si j'me fail y'a personne pour voir, donc c'est parfait)
(merci mon petit Bobby (que je ne connais pas il me semble- ) pour ce club C: )



Le Corbeau est un Métissé Phaedrique vivant à Dakha, capitale d'Abraxas. Du haut de ses ~20 ans, il est bien connu des forces de l'ordre.
Assassin, voleur, trafiquant,... il aurait touché à tout dans le monde d'en bas.
On pourrait dire qu'il cache bien son identité, malgré tous ces méfaits, seuls quelques rares témoins et rumeurs égarées pourraient témoigner de son existence.
Mais le mi-elfe mi-homme se moque bien de l'actualité à son sujet, son objectif ? Le plaisir ultime, s'amuser, et ça tout en finesse.
A la recherche d'occupation, et après quelques années en la capitale, il entend une bien drôle de rumeur sur les paléohomophaedric et leur arrivée sur Phaedra...
Points: 0
âť± 1
Ancien-flooder

Prologue: La cité perdue

Voilà de cela plusieurs jours qu'une étrange rumeur se répand en la capitale de Phaedra.

Un lieu souillé.
Un endroit de profanation.
Un théâtre de la plus grande corruption humaine.
Cet univers serait porteur du nom de "Dump", surnom donné par la basse population.
C'est une dimension dont la légende raconte qu'une porte d'obsidienne y serait conductrice, un monde de fous, un monde caché, un monde ancien.
Il est aussi dit qu'en ces lieux sont renfermés de nombreux trésors, dont la première arche perdue de nos colonisateurs, les homo-sapiens.

Les "Hommes" auraient eu accès à notre monde grace à ce couloir de cabaliste, y laissant au passage toutes sortes d'immondes concepts, modes de vies, pratiques et mentalités.
Ainsi, moult d'individus auraient essayé d'emprunter cette brèche de l'espace, et pourtant, aucun n'y serait revenu.


Aucun ? C'est à voir, car aujourd'hui, un nouveau champion de Phaedra se prépare à pénétrer dans le monde dont l'existence est si souvent remise en cause.
Ce champion, c'est moi.
Moriquá, Dairiun, fier Enessëa, dit, le Corbeau. Bientôt premier à revenir de "Dump".

âť± 2
Ancien-flooder

Chapitre 1: Le portail

Après ce qui me semble bien être une dizaine d'années de recherche, je la trouve enfin.
Elle est là, sous mes yeux, habillée d'ornements de métal noir et de ses exquises bordures d'ébène.
Sous son déguisement de porte d'église se cache pourtant bien le concentré d'une passée misère humaine, dont de multiples savoirs dit "technologiques" y sont perdus.
Après avoir soigneusement inspecté l'entrée, je fais pourtant demi-tour et remonte du sous-sol. Discrètement et sans-aucun bruit, je me rends à l'entrée du bâtiment délabré aux inscriptions d'une lointaine religion.
Cà et là sont disposés des restes de croix, ainsi qu'un homme surmonté d'une couronne de pique à moitié nu, du moins, c'est ce qu'on pouvait deviner des divers bouts de pierres éparpillés en le vestige.
Il y a également un livre déchiré et à moitié brûlé sur un ancien support de bois. Presque rien n'est lisible, mais je décide de le ramasser, peut être y est il inscrit quelque chose sur la première de couverture.
Doucement, j'essuie la poussière du bouquin, et essaie de lire le titre.
B...I....B...L...I...A
Biblia ?
Biblia Sacra ?
J'entrouvre la chose, tente de déchiffrer quelques lignes, en vain.
L'humain est tellement compliqué...ça m'apprendra à avoir séché les cours de langue morte.

Je jette alors le livre à terre, n'étant plus assez intéressant à mes yeux. Mon regard est maintenant porté sur une toile déchirée, représentant l'homme à moitié nu portant une croix géante faite de bois.
Des taches brunâtres semblent avoir éclaboussé sur l'oeuvre, d'ailleurs, l'église est absolument immonde.
Une centaine d'os jonche le sol, et l'intérieur est maculé de brun.
Il y a des dizaines et des dizaines d'entailles à l'épée sur les murs, et quelques petites cavités rondes bordent les murs.
Les vitraux sont brisés, le verre coloré donnant un aspect arc en ciel sur l'ensemble du bâtiment.
Il y règne pourtant une ambiance douce...
Cet endroit est décidément la définition du "calme après la tempête".

Mais assez admiré l'endroit, de toute manière, ce n'est qu'un tas de pierre décrépit ainsi que d'ancien signes d'une religion dont seulement quelques fanatiques doivent encore pratiquer.

De retour devant la porte.
Aujourd'hui, je fais une décision très importante....
Je sais que, même exagéré, ces rumeurs doivent avoir quelque chose de vrai. "Dump" doit être dangereux. Très dangereux.
Je vérifie mes poches, mes sangles, mes armes, tout mon équipement. Je prête attention au moindre bruit, autant pour m'assurer de l'efficacité de mes affaires que pour savoir si une autre personne que moi se trouve ici.
Depuis mon entrée, je sens comme une présence accrochée à mon épaule, qui me fixe, qui me surveille.
Pourtant, pas de mauvaise aura, juste de la curiosité.
J'entrelace mes doigts autour de la poignées, sentant toute sa froideur me parcourir dans un long frisson, et cela malgré l'épaisseur de mes gants.
J’entrebâille la porte, hésitant, la main tremblante.
Peu importe mes expériences du passé, jamais je n'ai ressenti autant de peur que d'excitation jusqu'à aujourd'hui.

D'un coup, l'impression de présence s'intensifie, je pourrais presque sentir sa main sur mon épaule....elle glisse, se pose sur la mienne, et ouvre violemment la porte.
Comme attiré, poussé de force, je trébuche maladroitement dans-


La même pièce ?
Quelques heures semblent déjà être passées mais c'est exactement la même, sauf que tout le bâtiment semble avoir été réparé.

Avant même que je puisse me retourner, le portail se referme, et la présence dotée d'une incroyable curiosité réapparaît.
Un bout de mon manteau est alors happé d'une petite force, et une voix assurée fait alors écho dans l'église. Une voix féminine, assurée, légèrement enfantine.



-J'ai cru que tu n'allais jamais y arriver....tu avais peur de passer au travers de la porte ?

âť± 3
Ancien-flooder

Chapitre 2: Deuxième Joueur

Le monde se fige.
En un instant, un miriade d'idées me traversent l'esprit. Diverses hypothèses frôlant peu à peu la réalité.
La "chose" gardait son aura de curiosité. Aucune animosité ne se dégageait d'elle.
Pourtant, une incertutide résident en mon esprit, et si tout cela était un piège ?
Amadouer l'ennemi est la première technique à laquelle toute personne d'un faible niveau en terme de combat physique aurait pensé.
Je suis partagé entre l'innonence se dégageant de la voix et ma naturelle méfiance des humanoïdes...mais il est temps de faire un choix.
A peine la phrase de la chose terminée, je me retourne d'un rapide mais néanmoins gracieux mouvement, lui faisant face.
Ne serait il pas plus intelligent de mimer la confiance plutôt que de paniquer au moindre imprévu ?
De toute manière, les femelles n'ont que rarement une grande force, je m'assure tout de même de poser une main prête sur la sacoche contenant ma dague, on n'est jamais trop prudent.

Devant moi se tenait fièrement une gamine aux grands airs, le teint pâle, presque translucide.
Je me penche vers elle et inspecte chaque parcelle de son apparence pour revenir ensuite à la position initiale après quelques secondes.
Peau de vampire, yeux tombant, un peu grassouiette, de grandes couettes...1m50 Ă  tout casser.
Toujours dans le plus grand des silences, j'ajuste mes lunettes et contemple la vue avec un sourire moqueur.

Il ne fallut qu'une seconde Ă  la jeune fille pour comprendre la signification de ces gestes, elle s'empressa de froncer les sourcils et de prendre un ton agressif.

-T'as un problème le muet ?

Une main rapidement posée sur mes lèvres, j'étouffe un rire dont le son ne pouvait malheureusement pas échapper à la femelle.
Toujours avec cet air blessé sur son visage albâtre, je me décide à reprendre un air sérieux, le ton doux mais joueur. J'avance d'un pas sûr, un sourire aux lèvres.

-Excuse moi humaine, je ne voulais pas te vexer.

La curieuse frémit au mot "humaine". Essayant de ne pas paraître faible devant moi, elle bomba le torse, cachant sa peur d'une expression faciale des plus stoïque.
Malgré son odeur de terreur, elle ne semblait pas inquiète à propos de sa vie, comme si ses émotions étaient effectuée mécaniquement, comme une bête sans capacité de conscience.
C'Ă©tait...plaisant Ă  regarder.
À la manière d'un petit animal, on avait envie de l'effrayer d'autant plus, l'admirer dans ses réactions vides de sens, apeurée d'un danger inexistant.
Jamais je n'aurais attenté a la vie d'une créature aussi primitivement réussie, la vie est pleine de surprise et aujourd'hui j'ai pu trouver un être encore plus moralement fragile qu'un humain de base.
Oui, elle semble....différente.
Rien qu'à son odeur presque inexistante, la manière dont elle semble s'effacer dans l'espace, sa presque transparence corporelle, son comportement d'autre temps...

Mon silence fut long, prenant un malin plaisir Ă  profiter de la peur de l'humaine. Elle semblait si fragile, si cassable si...
Un frisson parcourra mon corps, ce n'était pas le moment de penser à ce genre de chose aussi tôt dans la journée, ou était ce déjà la nuit ? Difficile de dire, l'endroit semble sombre, mais la notion de temps en ces lieux est elle distordue de ma réalité ?

De retour dans des pensées plus saines, je finis rapidement par reprendre conscience de la situation.
L'humaine qui est devant moi n'est pas vraiment humaine....ou alors elle ne l'est plus.
Aussi décidais je de répondre de son frisson par une question.

-Serais tu surprise wendë ? Je ne pense pourtant pas être l'unique non-humain ici~

Elle semble surprise, quoique de moins en moins rassurée. Elle finit si peu confiante que, malgré son immortalité, elle recule de quelques pas dans un bégaiement, tremblotante.
Quant à moi, je me décide à lui emboîter le pas, m'avançant peu à peu vers elle. Les filles sont si jolies quand leurs émotions animales les emplissent.

-C'est amusant de te voir reculer...Aurais tu peur de moi ? Je ne savais pas que les gens de votre sorte pouvait ressentir ce genre d'Ă©motion.

Dans mon élan, je réussis à la bloquer dans un coin. J'en profite pour me tenir contre un mur, dos contre la froide paroisse de l'église, mon regard émeraude posée sur son frêle corps.

-Alors, faĂŻre, de quoi es tu morte ?

Mon sourire me monte jusqu'aux oreilles alors que la plus jeune semble chercher une issue à tâtons, déchiffrant des mains le mur qui se trouve derrière elle.

âť± 4
Ancien-flooder

-Je n'aime pas trop jouer au chat et à la souris sais-tu...donc si tu pouvais éviter de t'enfuir, ça m'arrangerait.
Reprends ton calme, je ne te veux aucun mal, ma petite.

Dis-je d'un ton amusé et patient.
Je pris mon habituelle aura de bienveillance et mon sourire de d'habitude, tentant doucement de faire baisser sa garde...
Je n'ai jamais pu parler ni entreprendre quoi que ce soit avec un esprit...ça risque d'être amusant.

Si elle respirait encore, c'est en ce moment qu'elle reprendrait peu à peu son souffle. La -plus maintenant- humaine passa une main sur sa robe blanche recouverte de poussière fantomatique.
A présent que l'idée de fantôme était claire dans ma tête, je pouvais enfin apercevoir sa transparence.
Et pourtant....elle parait si réelle, c'était comme si je pouvais sentir le sang couler dans ses veines...et à bonne raison.
La fille en elle même ne devait pas le sentir, mais une forte odeur du fameux liquide rouge commençait à imprégner la pièce.
Doux parfum, délicieuse fragrance, magnifique arôme provenant de la plupart des êtres. La preuve qu'on est en vie, qu'on peut encore exister sur nos deux jambes.

Mais trêve de divagation, je range mes pensées ragoutantes dans un grand tiroir de mon esprit et écoute avec attention les paroles que mon interlocutrice va prononcer.

-Je...tu...n'es pas...

Elle semble indécise sur quelques mots, un peu déconcertée.
Les vivants ne devraient ils pas être les plus déboussolés face aux morts ?
Soit, ce n'est que plus amusant de cette manière.
Elle toussota et reprit.

-Ma mort ne te concerne pas, et appelle moi Lala. Tu devrais commencer par te présenter plutôt que de poser de stupides questions sans intérêt pour toi ni pour moi.

J'Ă©touffe un rire suite Ă  ses mots. Elle ressemble en tous points Ă  une adolescente...c'est amusant Ă  regarder, c'est comme retrouver d'anciens camarades, sauf qu'elle, elle ne pourra pas grandir.
Son esprit est piégé dans ce corps de peut être 1000 ans, piégé dans sa manière de voir les choses d'adolescente. Triste non-vie qu'elle doit mener...pauvre petite chose.

Un regard empli d'intérêt, d'amusement et de fascination posé sur elle, je me contente de répondre dans un discours des plus classiques, non sans utiliser cet éternel air hautain, joueur mais amical dont je me sers à l'accoutumée.

-Tu remarqueras que commencer une rencontre par pousser une personne de force dans une porte inter-dimensionnelle n'est guère plus aimable.
Tout le monde m'appelle le Corbeau, ravi de faire ta connaissance, Lala.

Utiliser mon surnom de tueur à gage n'était peut être pas la meilleur des idées, mais après tout, je me doute qu'elle sache ce à quoi cela fait référence.
Je prends une des chaises en bois dans les Bas-Côtés de l'église et m'y assied, le torse face au dossier.
Lala, quant à elle, restait juste debout. Enfin, "debout", tout ça pour ne pas dire "Flotter à quelques centimètres du sol".
C'était sûrement pour cette raison qu'elle me semblait si frêle, la lévitation n'étant pas stable, elle ne pouvait pas donner cet air fort et rigide.
Cela n'empêche, je ne crois pas à sa force, après tout, que serait elle capable de faire, en tant que fantôme ?

La fantôme n'avait que faire face aux remarques que j'avais à lui faire. Ou du moins, c'est ce qu'elle voulait me faire croire. La voir tiquer à chaque remarque ne me poussait qu'à en faire davantage...ce que les adolescents sont adorables dans leur démarche maladroite de jouer les grands et forts.

Alors que je m'apprêtais à l'embêter de nouveau, une foule en délire s'exclamait au loin, et de nouveau ces bouffées de chaleur accompagnées d'odeur de sang enveloppe la pièce.
Je reprends un air sérieux, après tout, je ne suis pas ici pour faire ami-ami avec n'importe quel individu un peu singulier de l'endroit.
Même si ce fantôme semble si...appétissant .
Alors je me relève et essuie les quelques poussières sur mes épaules et m'avance vers l'entrée de l'église.

-Lala ? Je n'ai que faire des détails insignifiants entourant cette église. Ce que je veux se trouve...ailleurs. Je veux voir cet univers, découvrir les plus anciens secrets et les rapporter à mon peuple.
Alors, je te laisse. C'Ă©tait une amusante rencontre, mais je n'ai pas de temps Ă  te consacrer.
On se reverra peut être à mon retour, lorsque mon esprit sera abreuvé d'anciennes connaissances, mes poches pleines de reliques et un sac infini d'aventure enfui dans le fin fond de ma mémoire.

Je m'apprête à ouvrir la porte, lançant un dernier regard vers la fantômette.

âť± 5
Ancien-flooder

Ce fut une bien courte mais amusante rencontre, mais je n'ai pas envie de me trimbaler cette chose durant le voyage, et je ne compte pas perdre mon temps ici.

Pourtant, nulle part, je ne peux la voir.
A nouveau, je ressens ce regard empli de curiosité, ainsi je recule de quelques pas, vers le milieu de la nef.
D'un coup, une poutre qui était posée au sol lévite et se fracasse contre la porte d'entrée, bloquant manifestement le passage.
Prudemment et tous les sens en alerte, je m'avance vers la poutre. Je fais résonner mes talons contre les dalles de la bâtisses.

-Lala ? Je ne suis plus d'humeur Ă  jouer. Je sais que c'est toi, il n'y a que nous deux ici.
Laisse moi sortir ou je sors par le vitrail.

Un silence, puis une voix féminine résonne dans l'église, à la manière d'un prêtre donnant la messe à l'aide d'un micro.

-Des champs magiques te bloquent toute issue, Corbeau.
Si tu veux sortir, c'est Ă  une seule condition...

âť± 6
AncĂŞtre

slt gostuo sa fé lgt!!!!

âť± 7
AncĂŞtre

Le faux espoir de la part de Kuri :c.

âť± 8
AncĂŞtre

C'est moi qui ait remonté le topic tg

âť± 9
AncĂŞtre

Bah justement c'pour ça mdr.
Tu m'as fait croire que Couscous Ă©tait revenue. :c

âť± 10
AncĂŞtre

Je n'ai jamais vu de chapitres aussi courts.
Même ceux de mon frère en CM2 sont plus longs.

âť± 11
AncĂŞtre

Jasonnette, elle va fermer sa petite bouche et retourner dans son pseudo-gang de weeab, sur le discord.
Hophophop, plus vite que ça.

âť± 12
AncĂŞtre

Ok, le futur habitant du carton sur le bas côté. Heureusement que la tienne, suite à tant de passages sous le bureau, s'est élargie, peut-être? Tu te sens exister avec cette vaine et médiocre tentative d'impressionner tes pairs? On va bien sagement retourner se coucher, c'est l'heure pour les petits, d'accord? ^^
Hophophop, plus vite que ça.

âť± 13
AncĂŞtre

Heum...
Je dois aller Ă  ma maternelle dans quelques instants :X.

Actualiser

Tu dois te connecter pour commenter !

Tchat RP Conseil d'anime tous les tchat Rejoindre Discord RP

Top Ajouteurs

  • 45730Fenrir
  • 38975valacri
  • 30590ShiryuTetsu
  • 20379hickoman
  • 16624Xemn
  • 16327seriesTV
  • 16143darking42
  • 15109Noctaly
  • 15096Anime
  • 11337hisoka086