Connexion

Land Of Hope - Pré-Rp/Perso 117 💬


Afficher


Avatar de Rasir

par Rasir ( modifié )

dans Rôle Player

« Les mondes que nous créons ne sont pas à prendre à la légère... Certains le font pour s'amuser, d'autres pour des projets égoïstes et insensibles envers sa population.
Mais certaines fois, nos créations nous dépassent et nous subissons le revers violent de s'être moqué d'eux. Nous sommes imparfaits comme ces créations, remplis de défauts. Mais nous ne devons jamais baisser les bras même lorsqu'un monde tombe en ruine, notre devoir est de leur apporter Salvation. »


-Le Narrateur.
6 votes positifs / 0 negatif
Points: 6
❱ 101
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

• Thème • https://www.youtube.com/watch?v=R4Pw3wPSF9Q

• Nom • Abad

• Prénom • Eden

• Âge • 18 ans

• Race • D’ni

• Personnalité •

La première fois que l’on regarde Eden, la principale chose qui pourrait marquer les esprits serait cet air sérieux présent dans son regard, ainsi que ce côté de sa personne semblant détaché, presque froid. L’on a souvent l’impression que la jeune fille est perdue dans ses pensées, sa concentration, comme si la légèreté n’avait pas sa place. Cependant s’arrêter à ce simple aspect serait une grossière erreur, car derrière cette rigueur apparente se cache une toute autre personne. En effet dès les premiers mots échangés, Eden se montre comme étant une personne douce, souriante, encline à tendre la main vers autrui. Ce côté rigide, pratiquement indifférent n’est en vérité qu’un bout de sa personne, puisque demeurant malgré tout quelqu’un sachant garder la tête sur les épaules le moment venu, n’ayant pas peur de prendre des décisions difficiles, voir même complètement pragmatiques.

Eden se retrouve en effet être quelqu’un de très calme, ne perdant jamais son sang froid dans un élan de joie incontrôlé, de colère intense, ou bien de tristesse incommensurable, non, la maitrise d’elle-même a toujours été un élément très important dans sa vie, un code qu’elle suit avec assiduité. Ainsi la D’ni se trouve être quelqu’un de solide, sur qui l’on peut s’appuyer sans avoir peur de s’effondrer quelques instants plus tard, donnant cette impression de ne jamais pouvoir défaillir malgré tout ce qui pourrait lui tomber dessus. Quelqu’un de confiant, donnant confiance.

En somme, Eden est une personne plus sympathique qu’elle n’en donne l’air au premier abord, sachant écouter et être de bon conseil lorsqu’elle le peut, parfois autoritaire lorsque la situation l’exige, mais sans jamais prendre personne de haut. Une certaine curiosité pourra même transparaître sur certains sujets, la rendant au final parfaitement humaine dans son comportement.

• Biographie •

La vie d’Eden ne peut être expliquée sans revenir sur quelques événements s’étant déroulés avant que son existence ne vienne dans ce drôle de monde, presque complètement perdu. Tout remonte en effet à la création de son village, une assemblée d’individus composés exclusivement de D’ni, ayant la particularité de ne pas avoir choisi l’intérieur sombre des grottes et autres souterrains pour survivre, mais bien l’éclatante lumière de l’extérieur malgré les conséquences désagréables pour leurs yeux remplis d’étoiles. Ce groupe était en effet convaincu qu’à force de se terrer dans les montagnes, la nature ne leur permettrait plus de sortir pour tenter d’avoir une vie la plus tranquille possible, sans angoisse et sans peur. C’est dans cette mentalité qu’avaient pu grandir deux jeunes enfants issus de cette tribu, une fille et un garçon. La première était à l’image des yeux de sa colonie, pétillante, extravagante, un vrai rayon de soleil au milieu de cette espèce habituée à l’obscurité totale. Le deuxième quant à lui était son némésis sur beaucoup de points, pour ne pas dire presque tous, connu pour être taciturne, discret, un réaliste tendant malgré tout plus vers le pessimismes et la fatalité. Deux êtres que tout semblait opposer, et qui pourtant croiseront le chemin l’un de l’autre, alors que leurs divergences auraient pu les éloigner durant le reste de leur existence. Il était facile de deviner qui avait pu faire le premier pas vers l’autre, mais la réponse du jeune D’ni fut tout simplement l’admiration face à cette fille si rafraichissante, admiration pourtant différente de celle ressentie par les autres, après tout un tel comportement ne pouvait que susciter que l’émerveillement. Non, lui avait été véritablement envouté, passionné par ce caractère si extravagant mais se faisant une idée bien réelle du monde qui les entourait. Il ne fallut pas plus de quelques années pour qu’un sentiment se développe aussi bien chez lui que chez elle, donnant le début d’un couple mal assorti de premier abord, mais parfaitement complémentaire.

❱ 102
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Mais ce n’était pas la seule chose à noter chez chacun d’eux. La D’ni en effet avec le temps s’était développée une véritable passion pour les explorations, s’étant portée volontaire très jeune pour aller rendre visite à ces monuments semblant venir d’un autre monde, découvrir ce passé leur semblant si irréaliste, comprendre le pourquoi de leur situation actuelle. De son côté, lui n’avait jamais osé mettre un pied en dehors de leur communauté, mais ayant toujours eu cet attrait pour comprendre lui aussi comment le monde et la nature en étaient arrivés à un tel point de haine envers les êtres vivants. Lui s’était ainsi plutôt développé dans l’entretien du village, combattant non pas les créatures à l’extérieur comme sa futur femme, mais les spores remontant parfois bien trop haut aux goûts de tout le monde. S’occuper des plantes, des champs, telle avait toujours été sa mission, transmise par ses parents, et leurs parents avant eux. L’un à l’extérieur, l’autre à l’intérieur, s’ils l’avaient réellement voulu ils n’auraient pas pu faire plus éloignés, mais c’était ainsi qu’ils fonctionnaient, chacun veillant à sa manière sur les leurs, et le futur. Un futur peu lointain en vérité qui leur avait livré un jour un présent intéressant. Alors que les deux individus étaient pour une fois présents dans le village, l’exploratrice n’étant pas encore repartie pour faire une virée dans des coins venus d’un autre temps, voici qu’un homme avec une drôle de dégaine s’était finalement présenté à eux, un sac fait d’une manière leur étant totalement inconnue sur le dos. Son regard perdu leur indiqua que ce n’était pas par choix qu’il s’était retrouvé ici, mais bien par hasard, alors qu’il expliqua du mieux qu’il pouvait ce que son esprit semblait lui faire doucement comprendre. Cet homme se présentait en « humain », voilà de quoi choquer la populace dans son ensemble, après tout certains en avaient entendu parler oui, mais de là à en voir un de leurs propres yeux, il y avait un pas. Cet individu, à l’age déjà quelque peu avancé si l’on se fiait à la couleur blanchie de ses cheveux et de sa barbe épaisse, se nommait George, c’était d’ailleurs bien l’une des seules choses dont il se souvenait à son sujet, même la provenance du contenu de son sac n’avait pas d’explication. Un humain réveillé il y a peu, découvrant un monde ayant évolué sans lui et ceux de son espèce, se retrouvant au milieu de ce qui semblait être son évolution dans cet environnement bien plus agressif désormais.

Les mois avaient passés, et si au départ la venue de cet inconnu avait pu susciter quelques interrogations, voir même mécontentements pour les plus méfiants, il fallait admettre que la présence de cet homme avait tout changé pour eux. L’homme leur avait en effet permis de consolider davantage leur matériel par rapport à ses souvenirs peu nombreux d’avant, les idées lui venant sans même qu’il n’en comprenne l’origine. Mais cela importait peu, son absence de mémoire ne le gênait pas, à quoi bon, il fallait se faire une raison après tout, sa place était au milieu de ce peuple, et non plus dans un passé désormais révolu. C’est d’ailleurs chez le drôle de couple D’ni que ce George avait emménagé, accueilli à bras ouverts, surtout par l’un des deux, inutile de préciser qui. La curieuse du duo n’avait en effet pas tardé à exposer ses myriades de questions, présentant les objets qu’elle avait pu récolter avec les années un par un, voulant tout savoir, tout comprendre. L’homme du couple aurait pu s’exaspérer comme il le faisait souvent, mais il n’en était rien pour cette fois-ci. Il la voyait heureuse comme jamais, comme si la jeune femme avait trouvé un père de substitution lui faisant redécouvrir un monde dont elle tentait de comprendre le destin si abimé. Après du temps de repos pour remettre ses idées en place et aider à l’agencement du village, l’humain n’avait pas mis longtemps à accompagner les explorateurs en herbe dans leur recherche de réponses, après tout s’il s’était fait une raison du fait que son quotidien ne pourrait plus jamais ressembler à celui d’avant son long sommeil, il n’en demeurait pas moins que sa soif de réponses était tout aussi grande voir même peut être plus encore que celle de ces nouveaux peuples. Ce fut d’ailleurs au cours de l’une d’elle que le groupe revint avec quelques trouvailles, mais surtout une, très rare, voir même miraculeuse.

❱ 103
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

L’objet était de forme rectangulaire, sa couverture d’un pourpre presque envoutant, contenant une infinité de pages noircies de lettres, et de chiffres incompréhensibles pour leurs yeux pourtant si performants. L’humain n’ayant pas pu les accompagner ce jour là ne tarda pas à leur expliquer ce qu’était ce qui semblait être un livre, car celui là était tous sauf anodin. En plus d’avoir ramener un ouvrage dans un excellent état, ce qui ne leur était jamais arrivé jusqu’à présent, le groupe avait trouvé ce qui fut le bouquin le plus vendu de l’histoire, la Bible.

Voilà ce qui déclencha tout, ce livre, ce simple livre renfermant bien plus qu’une simple histoire transcrite dans un roman. Des siècles de croyance, réunis en quelques pages seulement, mais porteuses d’un message bien plus grand que la taille de son contenant. C’est ainsi que le petit village découvrit ce que l’on appelait la Religion. L’humain connaissait cette Bible, ces Saintes écritures, il en était convaincu, elles avaient forgé une partie de son être, la preuve en était sa connaissance parfaite de plusieurs pages entières sur le bout de ses doigts. Il leur expliqua ainsi, l’existence de Dieu, les miracles et les calamités que pouvait former cet esprit céleste que personne ne pouvait atteindre, à part quelques élus, sans jamais l’égaler malgré tout. Il leur raconta les histoires portées par cet ouvrage, les différents destins de ces noms parfois connus de tous autrefois pour certains d’entre eux, ainsi que les messages et leçons enseignées par ces milliers de lignes. Un être supérieur pouvant les protéger de tout fléau, face à un peuple ne cherchant rien d’autre que l’espoir de ne plus avoir à souffrir pour le présent, mais surtout les générations futures. Il ne leur fallut pas longtemps pour adhérer à ces croyances, et les mettre en pratique. Voici comment la religion avait fini par intégrer les rangs de ce village D’ni, pour se hisser au rang de croyance suprême. George n’en était pour autant pas devenu un gourou, n’ayant au final fait que partager ses pensées, et le contenu de ce livre pourtant si banal à leurs yeux à tous au départ. Le couple de D’ni lui n’avait pas fait exception, et même si le plus terre à terre des deux n’adhérait pas nécessairement à tout ce qu’on avait pu lui lire, sa femme elle avait au contraire complètement embrasser cette manière de penser. Voici que les liens s’étaient resserrées entre chacun d’eux, partageant une chose commune, apprenant de cet humain qu’ils bénissaient tous pour le coup, avec ou sans croyance. Mais aussi soudé le village avait-il pu devenir, il n’en demeurait pas moins que certaines réalités ne pouvaient pas garder cette cohésion intacte sans quelques heurtes au passage.

Un énième froid de Vanlia s’était abattu sur eux, comme chaque décennie, et comme à chaque fois, les pertes furent présentes. Ce fut d’ailleurs le premier pour l’humain, étant arrivé dans le village peu de temps après le dernier. Si les précédents avaient pu mettre un coup au moral, celui-là avait fait déborder quelques vases. Force était de constater que vivre en dehors des enceintes souterraines était une idée stupide, et irréalisable, de même que celle de vouloir reconquérir cette nature hostile. Ils pouvaient explorer autant que possible, construire et renforcer comme des diables, ce mode de vie n’était pas possible, pas pour eux dans tous les cas. Si le village avait connu une belle expansion jusqu’à présent, celui-ci avait commencé à se vider petit à petit, gardant un nombre important, mais moins solide qu’autrefois. C’est dans cette nouvelle ambiance étrange au départ, mais ressoudant encore davantage les liens de ceux ayant fait le choix de rester, que quelques mois passèrent encore. La vie avait reprit, et le quotidien avec lui maintenant que les reconstructions s’étaient presque enfin achevées, lorsque le duo leur annonça la plus belle des nouvelles. Un enfant était attendu par le couple D’ni. Une annonce qui bouleversa ce groupe d’individus n’ayant pas vu de naissance ni d’enfants depuis bien trop de temps maintenant, presque assez pour perdre espoir. Les futurs parents en étaient certains, la grossesse irait à terme, leur enfant serait un battant. D’ailleurs, tout semblait aller dans ce sens durant les longs mois où grossissait ce petit être dans les entrailles de sa future mère.

❱ 104
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Le début de cette vie de famille avait pourtant commencer comme n’importe quelle autre n’attendant pas un heureux événement similaire, les jours ressemblant à ceux du passé, le quotidien ne bougeant pas, donnant cette impression que rien n’allait se produire dans les semaines à venir. Seul le ventre rond grossissant à vue d’œil permettait d’annoncer un peu plus précisément quand le petit être à l’intérieur sortirait enfin de sa cage, ou plutôt de son cocon protecteur. Si les choses n’avaient donc pas été chamboulées, il en était de même pour les habitudes du couple, la mère n’ayant pas abandonné ses excursions malgré ce qui les attendait tous les deux. Mais c’était ainsi, elle ne pouvait tout simplement pas se résigner à voir d’autres partir sans elle, ne pas s’enfoncer dans ces terres inconnues, explorer tout ce qui leur restait à découvrir.

Ainsi, nous arrivions dans le dernier mois, le plus beau disaient certains, le plus éprouvant avouaient d’autres, mais surtout le plus décisif, aucune complication ne s’était annoncée jusqu’à maintenant, ne restait alors que la dernière ligne droite à franchir pour profiter de ce petit bout qui s’était fait tranquillement attendre jusque là. Pourtant, la D’ni n’avait plus tenu, rester des semaines au sein du village sans pouvoir rien faire n’était plus possible, il fallait qu’elle sorte, là dehors, une dernière fois, juste une dernière. Bien entendu, son homme et l’ensemble du petit village restant l’en avait empêché plus d’une fois, mais il y en eu une, une où elle leur réussit à leur faire comprendre son ressenti. Après tout, une fois que son enfant serait né, il ne serait plus question pour elle de s’absenter aussi souvent qu’auparavant, elle devrait s’en occuper, être présente pour lui, et non le délaisser pour le fond de ces ruines qu’elle aimait tant. Non, son amour pour son futur trésor était plus grand. Alors voilà ce qu’elle demandait, une sortie, la seule, et peut être dernière aussi avant un long moment encore, juste une et elle resterait à la maison aussi longtemps que nécessaire ensuite. D’autant plus qu’elle le leur avait assuré, pas d’explorations en profondeur, simplement la visite d’un site qu’elle appréciait plus que les autres, et qu’elle connaissait comme sa poche. D’autant plus que cela faisait des années qu’elle sortait, et rien ne lui était jamais arrivé, alors aucune chance que cela se produise maintenant. Inquiet, mais malgré tout résigné, le futur père avait ainsi laissé sa compagne céder à sa nature la plus profonde, à sa passion la plus grande, après les mois de calvaires qu’elle venait de vivre, il lui devait au moins ça. Ainsi, c’est en se replongeant dans son apprentissage des langues anciennes en compagnie de George que le D’ni attendit simplement son retour, comme à chaque fois qu’elle lui tournait le dos pour s’enfoncer dans ces vallées inquiétantes, peut être même plus encore que ce qu’il avait toujours imaginé.

Les heures avaient défilées, et le début de la nuit commencé à s’amorcer alors qu’aucun signe ne semblait s’être montrer de la part du groupe désormais absent. La tension dans la mâchoire du mari était à l’image de celle que son être ressentait, ce n’était pas la première fois que ce genre de retard arrivait, c’était même d’ailleurs très fréquents, les rares fois où les explorateurs revenaient à l’heure ou en avance étant lorsqu’un blessé se trouvait parmi eux. Alors que l’obscurité s’était profilée sur le flanc de la montagne, c’est finalement de manière nette que le D’ni vit des silhouettes se mouvoir sur le chemin, cette fois aucun doute, c’était bien eux. Alors que son pas s’était rapidement mis à courir dans leur direction, ce qu’il vit l’effraya plus que n’importe quelle vision ayant pu défiler sur sa rétine dans toute son existence. Voici que sa femme se trouvait sur un brancard improvisé avec une planche de bois pourrie et du lingue pour l’empêcher de tomber. D’après le reste du groupe, une créature qu’ils n’avaient jamais vu dans les parages auparavant était sortie de nulle part, seule, ils n’avaient rien pu faire. Le coup de griffe, son masque cassé, ils avaient beau eu s’éloigner le plus rapidement possible de la zone après avoir abattu le monstre, elle n’avait pas tenu plus de quelques pas.

❱ 105
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Le médecin improvisé, se trouvant être davantage un herboriste ayant appris sur le tas quelques connaissances médicales, était formel, l’infection était présente, en quantité assez petite pour ne pas la tuer dans les jours à venir, mais suffisamment présente pour ne pas pouvoir l’épargner plus de quelques semaines au mieux. Pas une minute à perdre avait pu dire son homme, il fallait la soigner, ils avaient de quoi faire il le savait, ayant pu échanger ces médicaments contre divers biens, assez nombreux certes, mais valant leur nombre au vu de ce qu’ils recevaient en échange. Certes, cela sauverait la mère, mais qu’en était-il de l’enfant ? La réponse tomba rapidement. L’enfant avait des chances d’être infecté lui aussi, si on la sauvait elle, lui ne survivrait pas une fois né, un choix devait être fait. La mère, ou l’enfant. Une simple balade, voilà tout ce qu’elle avait demandé. Elle lui avait dit un jour, qu’elle ne revenait jamais de ses expéditions les mains vides, que c’était une tradition qu’elle s’était donnée à elle-même, cette fois encore, elle n’avait pas failli à sa promesse. C’est l’esprit embrouillé que le mari lui, choisi sa femme. Des enfants, ils pourraient en avoir d’autres avait-il expliqué, mais sa femme, elle, était unique, tout comme l’amour qu’il lui portait. Non, il ne pouvait pas la sacrifier elle, c’était impossible. Ainsi, alors que l’on allait commencer le traitement, c’est finalement la principale concernée qui finit par s’exprimer sur le sujet, malgré son état. Non, elle ne voulait pas devenir la faucheuse de son propre enfant, pas à cause d’une décision idiote qu’elle avait elle-même prise. Son enfant, même si elle ne l’avait encore jamais tenu dans ses bras, était déjà tout pour elle, le perdre lui, serait se perdre elle-même, alors à quoi bon survivre ? Sa décision était claire, c’était sa volonté, elle voulait sauver son enfant, peu importe ce qu’il lui en couterait.

Une décision, qui fut respecter par tous, sans un mot. Les quelques semaines restantes était passées, ce ventre rebondit continuant de se gonfler encore un peu, alors que les joues de sa propriétaire se creusaient au fur et à mesure. De traitements en traitements, le poison se faisait à chaque fois un peu plus repousser, les batailles s’enchainant, alors que la guerre était déjà perdue d’avance. Mais rien n’y faisait, la guerrière n’abandonnait pas, pas une seule fois, ne trésaillant même pas à l’idée de voir la mort s’approcher, pas en observant la vie qu’elle allait pouvoir donner à ce monde. Puis, le moment fatidique arriva enfin, le médecin était formel, l’heure était venue de faire apparaître un être, pour en laisser partir un autre. L’accouchement dura plusieurs heures, des paquets complets de minutes durant lesquels hurlements et bruits de respiration se relayaient. Un travail pénible, douloureux comme jamais, alors que les ravages des spores se faisaient d’autant plus voir. Puis, finalement, une petite tête fut aperçue, puis des épaules, des petits bras, un tronc, un bassin pas plus épais qu’un poing, des jambes, et enfin, des pieds, minuscules, faisant la taille d’un pouce. Enfin, enfin il était là, non, pas il, elle. Oui, ce petit battant, était en vérité une battante, la mère elle, n’en fut pas étonnée, elle l’avait toujours senti dans le fond qu’elle donnerait naissance à une ravissante princesse. Pourtant, alors que ses forces commençaient déjà à la quitter, le silence dans la pièce fut de marbre, chacun retenait sa respiration, pour entendre celle de l’enfant. Aller, crie petite, crie pour tes parents, crie pour ton existence, crie pour la vie. Quelques secondes passèrent, puis finalement, le bruit de la délivrance. Timide, gêné par quelque chose, mais une chose était certaine, l’enfant respirait. Le petit bout de D’ni avait rejoint les bras de celle ayant tout donné pour que ce moment arrive un jour, l’accueillant avec un sourire plus radieux que jamais. Quelques instants, voilà ce qu’elles avaient partagé toutes les deux. Le souffle de la mère s’éteignit au fur et à mesure que celui de son plus beau trésor prenait de la force, puis finalement, son corps vit ses dernières forces la quitter. Dans les bras de son père, l’enfant n’avait pas pleuré, ses petits yeux bleus légèrement pâles fixés sur ce visage beigné de larmes. Il était temps désormais, temps de laisser cette enfant recevoir le traitement qu’elle lui avait légué, temps de lui donner une chance de vivre, pour elle, et pour lui qui venait de perdre une partie de son propre être en cet instant à la fois endeuillé et miraculeux.

❱ 106
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Ainsi était finalement venue au monde Eden, un nom soufflé par sa génitrice avant qu’elle ne lui dise au revoir. La petite D’ni se révéla rapidement être un véritable ange, riant mais pas trop fort, souriant en restant calme, ne pleurant que peu, un parfait mélange entre les deux êtres l’ayant conçu, et mis au monde. George s’était occupé de la petite les premiers temps, laissant son père en paix pour faire son deuil, et accepter la venue au monde de ce petit bout innocent, n’ayant pas à pâtir de ce qui avait pu se produire avant que ses yeux ne s’ouvrent pour la première fois. Mais le géniteur avait fini par prendre le rôle qui lui était dû, s’occupant de sa fille comme sa femme l’aurait souhaité, avec tout l’amour qu’il pouvait encore posséder. C’était ainsi, entre un D’ni et un humain, qu’Eden grandit, d’ailleurs, plus elle poussait, plus certaines particularités sautaient aux yeux. Nourrisson, l’on avait trouvé son regard étrange, non pas dans son aspect, mais plutôt dans le fait de ne pas tout remarquer dans son environnement. Lorsque l’on se mettait plus à sa droite, l’enfant offrait un sourire au visage qu’elle voyait, pourtant, dès que l’on tentait d’avoir son attention plus à gauche, ses réactions se faisaient plus rares, voir même presque inexistantes. De même, ce sifflement dans sa respiration, et ses quelques toux persistantes en toute saison confirmèrent les craintes de chacun. Malgré toute la difficulté qu’ils avaient pu avoir pour lui faire prendre le traitement, des traces de l’infection persistaient, aucun doute, cette enfant ne serait jamais en parfaite santé, aucun médicament ne pourrait la guérir complètement. Une énième nouvelle lourde à encaisser, pourtant, le père n’allait rien lâcher. Accompagné de ce qui devenait petit à petit un grand père pour la jeune fille, celle-ci grandit de la manière la plus paisible possible, apprenant avec l’un tous les secrets des langues anciennes dès qu’on la cru capable de lire, et avec l’autre tous les savoirs que sa race se devait d’apprendre et de transmettre. Eden se trouva être douée pour ce qu’on lui enseignait, pas très diversifiée, mais plutôt bonne dans ce qu’elle apprenait, surtout pour les langages, qu’ils soient du passé, ou du présent. Un début de vie paisible en somme malgré les difficultés, la petite faisant la joie de ce village pourtant terni avec la précédente catastrophe, étant la seule enfant de son âge à avoir atteint la lumière du jour, n’ayant peut être pas d’amis pour jouer, mais suffisamment pour pouvoir s’occuper d’elle correctement.

Comme tous les autres membres avant elle, Eden eut droit à la lecture des Saintes écritures, à la façon d’un livre de contes, l’humain lui racontant des histoires inspirées de cette Bible unique qu’ils possédaient toujours, les rendant plus belles, plus héroïques, tout en gardant toujours le message et la moral que le livre Saint souhaitait délivrer. Petit à petit, l’enfant entra à son tour dans cet univers merveilleux de la croyance, à petite dose, pour ne pas la forcer dans ses idées comme cela avait été fait jusqu’à présent, tout ce que chacun souhaitait, c’était qu’elle devienne quelqu’un de juste, et de bien. Les années s’étaient écoulées petit à petit, et finalement le fléau glaciale fit à nouveau son apparition, une première pour la petite famille, du moins, pour la plus petite. C’est ainsi que la D’ni connu le froid de Vanlia, blotti entre son père et son grand père d’adoption dans leur petite maison préparée au mieux pour cette calamité qui n’en finissait jamais d’exister. Comme à chaque fois, les pertes furent lourdes, et le moral encore plus bas que les années précédentes. Quelques querelles s’étaient à nouveau déclenchées, certains affirmant ce que d’autres avaient proclamé avant eux, que cette vie n’était pas possible, et qu’il valait mieux s’enterrer pour être à l’abris que de rester exposer à ce vent mortel. Encore une fois, leur effectif déjà réduit par les morts diminua, ne laissant qu’un petit amas de maison encore habitées, plutôt qu’un véritable village exploité. Ils le savaient tous, s’ils ne redressaient pas la barre, la prochaine vague serait la dernière qu’ils connaîtraient. Pourtant les survivants restant ne lachèrent pas d’un pouce, Eden en faisait parti, à sa façon.

❱ 107
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

En effet, la petite famille n’avait pas été épargné par les dégâts eux non plus, si aucun mort n’était à déplorer, il s’en était fallu de peu, le petite ayant été atteinte bien plus violemment qu’ils ne l’avaient imaginé, sa respiration ayant bien failli ne jamais repartir avec le froid lui donnant plus de difficultés que d’habitude à insuffler de l’air dans son petit être. Mais malgré cette frayeur, elle s’en était remise petit à petit, découvrant l’absence de beaucoup des leurs sans comprendre pourquoi à son réveil, George s’étant employé à dire qu’ils étaient partis, tous, sans préciser qui était mort, et qui avait réellement quitté leur nid.

C’est ainsi que la vie au village reprit tant bien que mal, les reconstructions s’enchainant les unes à la suite des autres dans une hargne presque surnaturelle. La petite D’ni de son côté avait vu sa liberté réduite par son paternel depuis la dernière tempête, celui-ci refusant de la voir partir trop loin, de prendre le moindre risques, ou même de penser à rejoindre le groupe d’expédition, même plus grande, sans qu’elle ne comprenne réellement pourquoi. Son père n’avait désormais plus qu’une idée en tête, assurer la survie de son enfant, peu importe ce qu’il en coûterait, après tout elle était la dernière chose qu’il lui restait. Malgré ce changement de comportement, le sien resta tout aussi tranquille que depuis sa naissance, apprenant avec plus d’acharnements, essayant de maitriser son souffle, de renforcer son corps, il avait raison après tout, à ce rythme elle ne ferait pas long feu. Ainsi, la D’ni ayant pris en âge grandit encore, peut être plus vite qu’il n’aurait fallu, mais ce monde ne leur laissait pas le temps de le prendre, alors il fallait être plus rapide que lui. Pourtant, malgré la sérénité qu’elle semblait afficher, un événement vint la troubler, elle, ainsi que tous les habitants restant. Alors qu’une nouvelle journée avait débuté comme n’importe laquelle, une silhouette étant cependant absente ce jour là, celle de George. L’on avait eu beau retourner toute la paille que l’on souhaitait, tous les morceaux de bois possible, voir même patrouiller dans les entours, rien, pas une trace. L’humain s’était envolé, comme s’il n’avait jamais existé. La dernière trace de son existence fut son carnet, laissé à Eden près de son lit, avec à l’intérieur un message écrit dans sa langue à lui, celle qu’il lui avait enseigné durant toutes ces heures. Un mot qu’elle n’avait jamais partagé à personne, pas même son propre père. Un coup de massue, un énième, peut être celui de trop ? C’est ce que la plupart s’était dit ce jour là, prêts à abandonner, à quoi bon après tout. Mais la jeune fille elle, n’avait pas dit son dernier mot. C’est finalement avec sa volonté de fer qu’elle reprit le flambeau laissé, ou plutôt délaissé. Ils survivraient, aussi longtemps que Dieu le souhaiterait, et lorsqu’ils mourront, ils n’auront pas peur, car ils rejoindraient leur protecteur, il était hors de question de se laisser dépérir pour accélérer les choses.

Quelques maigres années passèrent une nouvelle fois, les habitations ayant repris petit à petit leur splendeur, aussi robustes que possible, ayant même accueilli quelques âmes égarées n’ayant pas souhaité rester seules, pas avec le froid qui arriverait une nouvelle fois. Un froid, qui frappa encore à leur porte quelques semaines plus tard. Chacun s’était activé, une partie restant blotti dans leur maison, tandis que d’autres se préparaient déjà à devoir sortir, pour affronter ce qui les attendait tout autant qu’eux. Eden et son père faisaient partis tous deux de la première catégorie, le D’ni n’ayant pas pu rejoindre les forces de défense, faute d’avoir jamais réussi à se servir d’une arme de manière même correcte à défaut d’être bonne. Non, chacun s’était mis d’accord, il devait rester auprès de sa fille, elle représentait leur avenir, le futur comme chaque enfant, hors de question qu’elle n’ait pas quelqu’un avec elle pour la défendre, ou même simplement la réchauffer le moment venu. Eden aurait voulu se rendre utile, plus encore, mais il fallait l’admettre, son corps avait des limites, basses, facilement atteignables, quelques minutes dehors, et elle tomberait aussitôt. Tout ce qu’il lui restait à faire, c’était attendre, comme chacun, que la tempête passe, s’étant d’ailleurs demandée durant un moment qui avait pu baptiser un tel désastre, Vanlia, cela sonnait si doux après tout, bien loin de ce qu’il leur offrait dans la réalité.

❱ 108
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Mais l’heure n’était pas à l’étymologie des noms, voilà que les premiers souffles glacés tentaient déjà de s’infiltrer à travers les planches de bois couvrant les fenêtres, elle était là, juste derrière leur porte, la bourrasque, la gelée, la mort. Dès les premières heures, la petite famille avait perdu le compte du temps. De temps à autre, leur ventre leur faisait signe que suffisamment de temps était passé pour avoir à avaler quelque chose, de chaud si possible, tandis que leur envie de sommeil leur donnait approximativement le décompte d’une journée de terminé, ou plutôt d’une de moins à subir. Les jours étaient passés malgré eux, et pourtant, alors qu’il ne restait plus beaucoup de temps maintenant à endurer ce calvaire, voici que des hurlements s’étaient faits entendre, des leurs, oui, mais pas que. Que se passait-il dehors ? Ils n’en savaient rien, même son père qui n’en était pas à son premier fléau glacial, n’avait jamais rien vécu de tel, n’ayant jamais pu imaginer un seul instant que ce froid pouvait être plus terrible qu’il ne l’était déjà. Non, rien de pareil n’était jamais arrivé, jamais. Pourtant, il aura suffit d’une fois, d’une unique fois pour que tous deux se voient emporter dans un engourdissement s’intensifiant tout d’abord, jusqu’à sombrer dans l’inconscience.

Des heures s’étaient encore écoulées, à moins que ce ne soit des jours ? Lentement, les paupières d’Eden avaient fini par se décoller l’une de l’autre, lui offrant un paysage avec peu de contenus, croyant simplement reconnaître le plancher de la maison sur lequel elle était allongé, mais rien de plus, sa vision déjà exécrable s’étant couplée d’un flou ne lui laissant apercevoir aucun détail supplémentaire. Ses oreilles étaient également actives, constatant la présence d’un bruit unique, celui de sa respiration, sifflante, et lente. Un écho lui confirmant une difficulté qu’elle ressentait jusque dans ses entrailles, ses poumons se gonflant, mais avec toutes les peines du monde. Etait-ce l’heure ? Non, pas encore, mais elle ne tarderait pas à sonner, c’était une évidence, ses muscles pétrifiés sous le froid refusant de s’activer, tandis que même la sensation de son épiderme était inexistante, trop engourdie. Pourtant, la seule impression, qu’elle sentait, était quelque chose de dure contre son corps, et son visage. Il lui fallut quelques instants pour laisser les sensations de toucher revenir petit à petit, mais finalement une réponse lui vint. Cette chose, ce n’était pas le sol comme elle le pensait au départ, non, cela l’entourait autant que possible. Aucun doute, son père la tenait là, entre ses bras, contre lui, alors que tous deux étaient allongés sur le côté contre le sol. Elle n’entendait pas d’air passer dans ses narines, et ne sentait ni son souffle contre ses cheveux, ni sa poitrine se soulever contre sa joue. Impossible de se tromper, il était déjà parti. Ah, cette pensée aurait dû la bouleverser, pour le peu qu’elle en était encore capable, et pourtant c’est un tout autre sentiment qui venait de l’envahir. Celui du soulagement. Sa plus grande crainte venait d’être balayée, celle de le quitter en première, en le laissant derrière, comme l’avait fait sa mère avant elle, après tout elle le savait, mourir signifiait le condamner lui aussi. Il n’aurait pas à subir une douleur plus atroce que la mort elle-même, voilà de quoi lui donner un léger réconfort. Elle ne tarderait de toute façon pas à le rejoindre lui non plus. Soudain, un autre sensation avait fini par attirer son attention, sentant quelque chose de plaquer contre son abdomen. C’était la Bible, celle découverte il y a déjà des années de cela, laissée en héritage par l’exploratrice incroyable l’ayant découverte. Peut être était-ce sa présence qui avait réalisé l’un de ses souhaits les plus chers, certes les autres resteraient dans l’oubli, mais cela ne faisait rien, un, c’était déjà bien assez. Une écoute plus attentive lui confirma que tout le village semblait avoir fini de la même manière, ce froid, aura été le dernier de leur tribu. Peut être les autres avaient-ils eu raison, raison de croire que rester dans cet endroit non fait pour eux était du suicide, de la pure folie, mais Eden ne pouvait s’empêcher de penser qu’ils avaient tout fait pour que cela n’arrive pas, tout, il n’y avait rien à regretter. Quoi que, peut être en avait-elle un finalement, de regret, celui de ne pas avoir pu apprendre le langage des anciennes civilisations dans leur entièreté, pour le transmettre à d’autres, oui, c’était son regret, alors que sa poitrine se soulevait de moins en moins.

❱ 109
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Alors que l’obscurité s’installait de nouveau de plus en plus, sans même que ses paupières n’aient à se fermer, voici qu’un bruit attira son attention, à moins que ce ne soit un rêve ? Le son était étouffé, pourtant, elle aurait jurer entendre des voix, à moins qu’elle ne soit seule. Puis finalement, un écho plus rauque lui était parvenu, une créature ? Ah, non, elle ne priait que pour une chose cette fois, une dernière, rendre l’âme avant de se faire dévorer vivante. Pourtant, il n’en fut rien, les bruits autour continuaient simplement de se faire entendre. Le grincement de leur porte après s’être fait difficilement enfoncer, les ombres d’une paire de pas s’approchant, et finalement cette silhouette immobile, semblant observer. Durant ces instants d’attente, seule la respiration d’Eden était audible, ses yeux tentant désespérément de se tourner pour observer le visage de celui ayant réussi à arriver jusqu’ici, étant presque certaine que ce n’était pas un habitant. Mais rien n’y faisait, la fatigue était trop grande pour qu’elle n’arrive qu’à tourner légèrement la tête. Pourtant, pourtant elle voulait absolument voir cet inconnu, vérifier qu’il avait un visage, que ce n’était pas une hallucination causée par le manque d’oxygène. Cette silhouette immobile finit cependant par s’accroupir, tendant sa main, cette simple main dans la direction de cette jeune fille, blottie dans les bras d’un corps sans vie, se battant pour ne pas laisser la profonde fatigue lui faire clore ses yeux pour l’éternité. Non, elle ne mourrait pas, pas ici, pas maintenant, pas encore, cette main, elle devait la saisir, parce qu’elle était en vie. Oui, ce jour là, elle voyait, elle respirait, elle était vivante.

• Physique •

Capacités : Du fait de sa pathologie de naissance, Eden n’a pas le physique le plus résistant qui soit, souvent sujette aux maladies et autres infections pouvant trainer si jamais elle ne fait pas attention. Mais malgré cette faiblesse, la D’ni a su se renforcer au mieux physiquement, notamment dans son endurance. Ainsi, si elle ne sera pas capable de courir un marathon, elle tiendra bien plus la cadence ou des efforts physiques qu’on ne pourrait le penser au premier abord. De fait, Eden reste quelqu’un de plutôt robuste, accompagné d’un mental d’acier la faisant ainsi rarement flancher vers un côté. Les taches physiques ne lui poseront donc pas de problèmes, à condition de prendre un temps plus lent et des pauses.

Vision : Là encore résultat du fait de sa naissance, Eden possède une vision bien plus mauvaise que celle des autres races, dont la sienne. Ainsi, la jeune fille ne voit pas les couleurs, les cônes de sa rétine n’ayant jamais pu entrer en fonction du fait d’une défaillance, seuls les bâtonnets lui permettent de ne pas être complètement aveugles, et donc de distinguer les choses en noirs et blancs. De même, une impression de tache noire encombre sa vue, notamment sur ce qui se trouve dans la partie gauche de sa vision, ainsi qu’une plus légère dans le coin supérieur droit. Malgré tout, cela ne l’empêche pas de reconnaître les objets de par les différences nuances de gris, ou même de lire, bien que cela lui prendra plus de temps. Pour ce qui est de sa capacité de D’ni, sa vision nocturne n’est pas entachée, en revanche elle n’est pas autant affecté par la lumière que ses comparses, de fait elle n’a pas besoin de porter de lunettes pour se protéger les yeux, un mal pour un bien en somme.

image-ifomembre
Vision Normale - Vision d'Eden

Sens : Du fait de sa vision exécrable, Eden a appris à développer quelque peu ses autres sens, son ouïe percevant mieux, de même que son odorat ou son sens du toucher. Cela n’atteint pas la précision d’une personne complètement privée de la vue, mais lui octroie simplement une plus grande finesse dans ses autres perceptions pour compenser.

• Compétences •

Langage [Bon] : Très jeune Eden a appris à lire la langue commune, ainsi qu’à l’écrire, mais ce n’est pas tout. Grâce à l’humain présent dans son village, il lui a également été possible de comprendre le langage des anciennes civilisations, la plus courante notamment, et de pouvoir l’écrire. Ainsi, Eden peut parfaitement faire office de traductrice, que ce soit pour la lecture ou l’écriture, pouvant jongler d’une langue à l’autre sans problème. Bien évidemment elle ne connait pas l’entièreté du langage humain de l’ancienne époque, mais continuer son apprentissage grâce à ses bases sera possible.

❱ 110
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

Agriculture [Moyen] : Le niveau d’agriculture d’Eden n’est pas excellent tout simplement car elle n’y connaît rien ou presque dans tout ce qui concerne l’élevage. Son domaine de prédilection se trouve quant à lui plutôt du côté des plantes, des champs, et des arbres. Un simple coup d’œil, odeur, ou même toucher lui permet de savoir si la flore pousse correctement, ou bien si un mal la ronge. L’entretenir fait ainsi également parti de ses capacités, de même que d’aider à faire pousser le tout de la bonne manière. Bien sûr ses connaissances ne valent pas celles d’un expert, les possibilités d’apprendre davantage sont parfaitement ouvertes.

Cuisine [Moyen] : Eden a appris à cuisiner depuis un moment maintenant, pas depuis toute petite, mais une fois qu’on l’a senti capable de s’imprégner de ce domaine. De ce fait, la D’ni sera capable de préparer surtout des plats salés, et chauds, la boulangerie et surtout la pâtisserie lui étant plutôt inconnues. Faire cuire une viande, préparer une soupe, et tout autre plats ne demandant pas des compétences de grands chefs cuisiniers sont donc à sa hauteur, au-delà il lui faudra de l’aide.

Mécanique [Débutant] : Grâce à l’humain de son village encore, Eden a pu commencer à apprendre quelques bases de mécanique. Si le mot peut lui donner un côté ingénieur, il n’en est rien en vérité. En effet, elle n’en est qu’au stade de comprendre comment peut fonctionner des mécanismes simples tout d’abord, ne pouvant pas en créer d’elle-même pour l’instant faute de connaissances plus poussées. Ses capacités se résumeraient donc plutôt à quelques capacités d’entretien et de réparation très sommaires, pouvant démonter quelque chose de basique pour le remonter ensuite, voir le faire tenir plus longtemps. Mais une expertise plus poussée sera toujours nécessaire pour remettre un objet comme neuf pour l’instant. Du chemin est encore à parcourir dans ce domaine pour commencer à pouvoir réparer de manière durable, voir même créer elle-même.

• Affaires personnels •

Carnet : Eden possède un carnet accompagné d’un crayon rudimentaire, pouvant plus être comparé à du fusain qu’autre chose. Dans ce calepin est répertorié d’un côté l’ensemble des mots de l’ancienne civilisation qu’elle puisse connaître, avec en face son équivalent dans le nouveau langage. En soit, l’on peut dire que ce carnet est un début de dictionnaire qu’elle complète au fur et à mesure. Il lui arrive de noter quelques autres petites choses en partant de la dernière page. Ce carnet lui vient de ce même humain lui ayant appris beaucoup, quelques pages ont d’ailleurs été arraché avant d’être offert en cadeau.

Collier : Autour de son cou se trouve un collier fait d’une simple chaine en métal sans doute récupéré lors d’une expédition, remis en état depuis, avec au bout ce qui semble ressembler à deux anneaux. Il n’y a pas de pierre précieuse à leur extrémité, simplement deux cercles de métal fait à la main, mais avec une belle finition malgré tout.

Bible : Peut être son bien le plus précieux dont elle s’occupe avec le plus grand soin. Ce livre à la couverture pourpre se trouve être les Saintes écritures, regroupant à la fois l’Ancien et le Nouveau Testament dans un même volume. Un miracle fait que l’ouvrage a été extrêmement bien conservé, avec malgré tout quelques pages presque illisibles dans le tas, mais comparé aux autres, il n’en demeure pas moins en bon état. Eden ne s’en sépare que très rarement.

• Apparence •

image-ifomembre

❱ 111
Avatar de xXphoenixXx
Dieu du flood

• Autre •

- 1m71/60kg
- Depuis sa naissance Eden possède donc des problèmes de santé, se traduisant par une vue exécrable, bien que lui permettant de distinguer son environnement et de lire, ne sachant d’ailleurs pas si son acuité visuelle diminue ou non avec le temps, mais surtout par des soucis respiratoires. Ainsi, il ne sera pas rare de la voir en proie à une toux, ou même avec une respiration bruyante, bien que ne se plaignant pas beaucoup sur le sujet. Elle sait comment se gérer elle-même, ainsi que ses potentielles crises.
- Les yeux de la D’ni ne sont pas exactement similaires à ceux de son espèce. Si leur couleur bleu si particulière permet de définir son appartenance de manière certaine, il est à noter qu’un léger voile trouble cet aspect éclatant.
- Depuis sa naissance les cheveux d’Eden sont dénués de tous pigments colorés, expliquant ainsi l’absence de coloration donnant cet aspect complètement blanc. Ses sourcils et ses cils sont au contraire sombres, dans des tons châtains foncés.
- Eden n’est pas une croyante complètement aveuglée par les Saintes écritures, ayant au contraire toujours un petit côté cartésien pour avoir toujours les pieds sur terre. Simplement, elle possède quelques convictions, ou réflexions tout du moins sur le sujet, appliquant quelques pratiques mais discrètement, n’ayant jamais l’idée de convertir autrui.
- Du fait des croyances de son village, la jeune fille s’est faite baptiser dès sa naissance, bien qu’elle n’ait pas réellement certaine de savoir ce que cela signifie réellement.

❱ 112
Avatar de Rasir
Dieu du flood

Rasir

op

Depuis quelques temps déjà, le cas peut être le plus grave dans l'infirmerie viendra doucement ouvrir ses yeux, un petit soulagement se fera du coté de Gavial, Oliver venant plutôt rapidement se placer à coté de celle ci, surtout écouter son histoire.

En soit c'est une même répétitions surtout, ou plutôt la jeune adolescente bien qu'assez affaiblis se mit à parler, l'humain écoutant plutôt attentivement avant de venir hocher doucement de la tête, bien que se souvenirs de l'histoire de tout le monde n'est pas chose aisée, écouter se qui c'est passé est assez important. Puis finalement, Oliver viendra souffler du nez un coups, la tête relever plus en arrière mais un peu désemparer sur certains détails, mais finissant par revenir vers la jeune femme.

Oliver : Je suis désolé pour votre village. C'est vraiment la pire des années. Mais... je suis sûr d'une chose quand je suis aller en bas, c'est que lorsque je vous ai trouver, votre père était la. Je crois que je n'ai jamais vu quelqu'un qui tenait autant à sa fille que maintenant.
Vous pouvez déjà être fier d'avoir un paternel si aimant, voir même finalement l'humain aussi que vous avez rencontrez avant. Je vais croire au miracle maintenant, bien que c'est mal partie. Mais...On vas tachez de vaincre ce foutu froid la prochaine fois.

Le Docteur viendra se pencher ensuite un peu plus mais surtout venant écouter plus attentivement le souffle de la jeune femme

Oliver : Pour l'instant votre cas était le plus grave de tous je crois, sa s'entend si on s'y penche l'oreille. Par contre je remarque un bon physique. Le sport c'est important surtout pour vous, vous avez bien fais de commencer à vous renforcez.
Mmmmh....

Une oreille attentive se fera, une parole comme "Inspirer....expirer...." se fera de sa part, le rare appareil médical présent permettait déjà de savoir l'état des poumons. Puis viendra simplement les yeux que le Docteur viendra observer plus attentivement, relevant un peu le visage, observer un peu mieux mais relachant la petite pression pour reposer la jeune fille


Oliver : Eden c'est sa ? pour l'instant et hormis votre petite toux, vous êtes sur une bonne pente de guérison, prenez bien ces médicaments pour l'instant et buvez votre eau. Ensuite je voudrais que vous reveniez dans l'infirmerie peut être une fois par semaine. C'est important pour la suite.

Gavial : Mmmmh, d'ailleurs Oliver je viens de parler avec Fey y'a pas longtemps pendant que tu t'occupais de la jeune femme. Il faudrait que tu aille le voir pour commencer la réparation du village. Du moins... surtout en ce qui concerne la réparation des bâtiments plus important.

Oliver : Pourquoi tout le monde me demande ? Je suis pas non plus architecte.

Gavial : Peut être mais en attendant y'a eu de très bonnes idées de ta part.

Oliver : ....C'était quoi sa ?

Gavial : De quoi sa ?

Répliqua Gavial qui commencera doucement à prendre un air blasé, tandis que Oliver se tient la main au niveau du coeur.

Oliver : Je...Je ressens une pointe de chaleur dans mon coeur...Je crois que...C'est... Oui, de la compassion ? non, un sentiment de joie !

Et la jeune femme viendra simplement donner une petite baffe en revers sur la joue de Oliver

Gavial : Oliver, ne soyez pas étonné qu'on vous sacrifie en premier en cas de grand froid.

Oliver : ...C'est une blague j'espère ?

Le petit silence de Gavial se fera sur le moment, plus aucun bruit se fera. Mais on verra la jeune femme dévier doucement son regard, comme pour éviter de répondre à Oliver qui commença à afficher un air plus paniqué.

image-ifomembre

Oliver : ....Ah, c'est pas une blague.

----

Ninix, validée

❱ 113
Avatar de TheAnimeOtaku
Newser confirmé

Ciao la compagnie.

J'ai pas de temps à consacrer aux RP, désolé.

❱ 114
Avatar de Sherlock-sama
Critiqueur amateur

Triste à dire, mais je pense faire de même.

C'est pas surprenant pour moi, mais au moins j'aurai espéré. ^^'

Elliott Wheeler ne sera pas de la partie avec vous malheureusement. En vous souhaitant un bon RP.

❱ 115
Avatar de Florian520
1000 Jours

(Ma fiche est peut être une perte de temps, j'ai juste fait sa car j'avais rien d'autre a faire et j'avais pas d'autres idées)

Nom : Morlevant

Prénom : Luna

Âge : 160 ans

Race : Luna est une sorcière (voila pourquoi elle a une jeunesse éternel)

Personnalité (non obligatoire) : Très calme et pensif, la nuit est sa seul raison de vivre parmi les créatures qui rodent autour d'elle

Compétences (Cuisinier, combattant, agriculteur, etc...) mais aussi niveau de maîtrises (Débutant, Moyen, Bon) : magie de niveau 4 de classe moyenne, mais sans explication d'où elle tire sa puissance

Affaires personnels : ...

Biographie : La famille Morlevant était il y'a 600 ans une famille d'une puissante noblesse contrôlant la magie a la perfection et était capable de contrôler des créatures grâce a leur don, mais après la grande catastrophe, toute la famille Morlevant a disparu dans les ténèbres et seul une femme a survécu tant bien que mal, étant enceinte et peu d'énergie qu'elle lui rester, elle a utiliser sa magie pour mettre au monde Luna dans un cocon et meurt de ses blessures, mais c'est que des années plus tard après la catastrophe que Luna prit vie devant une pleine lune... tout le reste de son histoire est inconnu aux yeux de tous, mais sa serait des monstres qui l'aurait ensuite élever.

Apparence : les sorcières peuvent prendre bien des formes vous savez...

Autre : Luna peut se montrer parfois hostile, elle tuerait pour protéger quelqu'un peut importe qui, même une créature


image-ifomembre

❱ 116
Avatar de Rasir
Dieu du flood

Rasir

op

Alors.
Comment dire ?

image-ifomembre

Le pré rp est finis depuis un bout de temps tout comme la création de perso et j'ai pas l'impression que tu à bien lu surtout le pré rp.
Je veux dire...y'a pas de magie enfaite surtout sa.

Ah part une personne que j'attend mais qui m'a prévenue d'avance qu'elle avait pas mal de chose (bon j'avoue j'y crois plus maintenant) bah c'est finis les inscriptions. En espérant que trouvera ton bonheur prochainement peut être.

❱ 117
Avatar de JeMeSuisPerdUe
Ancien

Dommage sont perso avait l'air sympa

Actualiser

Tu dois te connecter pour commenter !

Actualités

Crunchyroll diffusera l'anime Chainsaw Man en 2022

Fenrir 17 💬

La saison 2 de The Duke of Death and His Maid annoncée pour 2023

Fenrir 4 💬

La saison 3 de Fire Force annoncée

Fenrir 6 💬

Un nouveau visuel pour la saison 2 de Tate no Yuusha

Fenrir 10 💬

Le film Kimi wo Aishita Hitori no Boku e, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 0 💬

Le film Boku ga Aishita Subete no Kimi e, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 1 💬

Le film Karakai Jouzu no Takagi-san, en Trailer

TheAnimeOtaku 0 💬

Un nouveau visuel pour la saison 2 de Kanojo, Okarishimasu

Fenrir 10 💬

Le manga Watashi no Yuri wa Oshigoto desu! adapté en anime

Fenrir 6 💬

Le manga Kubo-san wa Mobu wo Yurusanai adapté en anime

Fenrir 8 💬

L'anime Blue Lock daté

Fenrir 12 💬

Un premier teaser pour la troisième saison de Mob Psycho 100

Fenrir 17 💬

L'anime Four Knights of the Apocalypse en teaser visuel

Fenrir 6 💬

Un visuel et une pv pour Kinsou no Vermeil

Fenrir 17 💬

2 épisodes inédits My Hero Academia prévus pour cet Été 2022

Fenrir 12 💬

Le manga Four Knights of the Apocalypse adapté en anime

Fenrir 16 💬

L'anime Umayuru, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 4 💬

L’anime KJ File, annoncé et daté

TheAnimeOtaku 4 💬

L’anime MF Ghost, en Teaser 2

TheAnimeOtaku 2 💬

Le roman Level 1 Dakedo Unique Skill adapté en anime

Fenrir 7 💬

Une seconde pv pour la saison 2 de Made in Abyss

Fenrir 10 💬

Un nouvel anime Uma Musume Pretty Derby, annoncé

Fenrir 6 💬

Quelques infos pour Vinland Saga

Fenrir 27 💬

L'anime Love Live! Superstar!! (S2), daté

TheAnimeOtaku 3 💬

Une deuxième vidéo promotionnelle pour Tensei Kenja no Isekai Life

Fenrir 8 💬

La seconde saison de In/Spectre reportée à janvier 2023

Fenrir 9 💬

Un premier visuel pour l'anime Fuufu Ijou, Koibito Miman.

Fenrir 9 💬

Enquête résolue chez Toei Animation

TheAnimeOtaku 4 💬

Le film Mawaru Penguindrum (Partie 2), daté

TheAnimeOtaku 1 💬

L’anime TECHNOROID : OVERMIND, en Teaser

TheAnimeOtaku 0 💬
plus d'actualité
Tchat RP Conseil d'anime tous les tchat

Top Ajouteurs

  • 161951Anime
  • 111400MxMxM
  • 101749Kurumi
  • 67812nicksam274
  • 63680ShiryuTetsu
  • 53866Fenrir
  • 30574hickoman
  • 25690MrNeko
  • 19609darking42
  • 16690Xemn